XLV Congrès International d’Americanisme

Téléchargez et remplissez la Déclaration De Certification De Résidence (conformément à l'art.46 D.P.R.28 décembre 2000 n.445) que vous devez ensuite signer et joindre, accompagnée du curriculum, à la fin de la souscription du formulaire de participation au XLV Congrès.

 

Il est conseillé de renommer le fichier de Déclaration De Certification De Résidence en ajoutant votre nom et prénom, par exemple:  nomprénom_déclaration de résidence.

Il est conseillé de renommer le fichier Curriculum Vitae en ajoutant votre nom et prénom, par exemple:  nomprénom_cv.

Une fois le formulaire envoyé, vous recevrez un courriel à l'adresse que vous avez indiquée lors de la compilation, en confirmant l'inscription.

Si vous ne voyez pas le courriel dans la boîte de réception, nous vous recommandons de vérifier le spam.

 

Si vous ne trouvez même pas le courriel dans le spam, nous vous demandons de répéter le formulaire dans un autre moment.

Si même à la deuxième tentative, vous ne trouvez pas votre courriel de confirmation, vous pouvez écrire à convegno@amerindiano.org, nous vérifierons votre inscription.

 

Déclaration De Certification De Résidence

 
FORMULAIRE D'INSCRIPTION XLV CONGRÈS
























Acceptable file types: doc,docx,pdf,txt,gif,jpg,jpeg,png.
Maximum file size: 5mb.




XLV Congrès International d'Americanisme

organisé par le

Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano” Onlus

Le CONGRÈS INTERNATIONAL D’AMÉRICANISME – événement annuel qui se déroule de manière continue depuis 1979 – a été créé pour fournir un lieu de rencontre et de comparaison des différentes expériences américaines, tant disciplinaires que géographiques. Pour cette raison, il n’y a pas de sessions parallèles et les rapports sont toujours présentés en session plénière.
La conférence est divisée en sessions proposées et coordonnées par des américanistes de différentes nationalités. Les thèmes abordés vont des matières et disciplines les plus variées: de l’archéologie à l’anthropologie, de la linguistique à la sociologie, des droits des peuples autochtones à l’art, de l’architecture à la politique, des études religieuses à l’histoire.
Des chercheurs du monde entier participent à la conférence. Leurs travaux présentés sous forme écrite sont ensuite soumis à une double référence en aveugle et, s’ils sont approuvés, publiés.
La conférence a toujours eu lieu à Pérouse en tant que siège principal, mais depuis de nombreuses années, elle se déroule en journées séminairiales dans les universités de Salerne, Rome et Padoue. En outre, il a périodiquement un deuxième siège dans un des pays des Amériques.
Le Congrès, comme toutes les activités du centre d’études, est à but non lucratif. Tous les revenus, quelles que soient leur origine et leur nature, sont utilisés pour le fonctionnement du Congrès.

 

PRÉSIDENCE
Romolo Santoni

 

VICE-PRÉSIDENT
Paride Bollettin

 

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Claudia Avitabile
Beatriz Calvo Pontón
José Carlos Castañesa Reyes

Antonino Colajanni
Davide Domenici
Piero Gorza
Rosa Maria Grillo
María Teresa Muñoz Espinosa

Giuseppe Orefici
Edmundo Antonio Peggion
María Lina Picconi
Cristina Victoria Pizzonia Barrionuevo

Thea Rossi

Mario Humberto Ruz Sosa
Romolo Santoni
Felice Scauso
Paola Sesia
Francisco Tovar Blanco
René Valdiviezo Sandoval
Luis Alberto Vargas

 

COORDINATION DU SECRÉTARIAT D’ORGANISATION

Hélène D’Angelo, Maria Luisa De Filippo, Elsa López, Lady Saavedra (convegno@amerindiano.org)

 

SECRÉTARIAT D’ORGANISATION

Leonardo Brama, Vincenzo Delpesce, Silvia Gola, Francesca Márquez, Sonia Margaritelli, Clara Migotto, Massimiliano Santoni

 

SERVICE DE PRESSE
Hélène D’Angelo, Maria Luisa De Filippo

 

GRAPHISME
Lady Saavedra

 

WEB DESIGN

Alessandro Palazzetti

Le Congrès, organisé par le Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano” Onlus, aura lieu  à Pérouse (Italie), du 9 au 14 mai 2023.

L’organisation se réserve le droit de modifier la durée du Congrès et de désigner un autre endroit dnismee travaux à part celui de Pérouse.

Les activités de séminaire suivantes auront lieu aussi:

Padue, 15 mai 2023: Séminaire Amérique indigène et États-nations: enjeux et problèmes;

Rome, 16 mai 2023: Table ronde les études américaines aujourd’hui;

Salerne, 17-19 mai 2023: Journées de littérature hispano-américaine;

Córdoba (Argentine) 20 mai 2023: séminaire de ethnomusicologie;

Les langues officielles du Congrès sont le français, l’anglais, l’italien, le portugais et l’espagnol, ainsi que toutes les langues amérindiennes.

 

INTERVENTIONS ET SESSIONS DU CONGRÈS

Le Congrès s’articulera autour de différentes sessions avec des thèmes spécifiques, ainsi qu’une session non-thématique.

Outre celles qui seront confirmées des éditions précédentes, il est possible de proposer de nouvelles sessions, qui seront soumises à l’examen du Comité Scientifique du Congrès et dont l’acceptation dépendra également de la disponibilité des places.

Les coordinateurs qui ont présenté des sessions dans l’édition précédente peuvent répéter la même session lors de cette conférence. Il est aussi possible de proposer de nouvelles sessions, qui seront examinées par le Comité Scientifique de la Conférence. L’acceptation de toutes sessions – en vigueur ou nouvelle – sera soumise à l’avis du Conseil Directif.

Pour présenter une nouvelle proposition de session il faut être membre du Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano”, être à jour du paiement des frais 2022 et 2023 et envoyer avant le 15 novembre 2022 à l’adresse électronique convegno@amerindiano.org:

– un résumé du thème de la session (entre 800 et 1200 caractères espaces compris);

– un curriculum détaillé du/des coordinateur/s;

– une lettre de présentation du/des coordinateur/s de la part d’américanistes reconnus au niveau international, ou de la part d’une personne membre du Comité Scientifique du XLV Congrès International d’Américanisme.

Chaque session comprendra de 3 à 6 interventions.

Les propositions d’intervention doivent être inédites et doivent n’avoir jamais été présentées à d’autres congrès ; elles doivent être présentées personnellement.

Les communications peuvent être présentées soit en personne (conformément à la réglementation anti_COVID 19), soit par voie électronique via la plateforme Zoom.

Lors de leur inscription, les orateurs doivent indiquer sur le formulaire d'inscription laquelle de ces deux méthodes ils comptent utiliser.

Chaque intervenant ne peut présenter qu’un seul travail.

La durée de chaque intervention est limitée à 20 minutes, à moins que l’organisation notifie autrement.Tous les frais de voyage, de logement et de repas sont à charge des participants.

 

INSCRIPTION ET ACCÈS AU CONGRÈS

L’accès au Congrès est libre et gratuit. Toutefois, pour présenter une intervention, demander l’attestation de présence et pour recevoir les actes, l’inscription au Congrès est nécessaire.

La date limite pour s’inscrire comme intervenant au Congrès est le 31 janvier 2023.

L’inscription doit être faite en envoyant le formulaire correspondant, qui sera disponible sur ce site à partir du 15 décembre 2022,  avec la liste des sessions acceptées. Le formulaire ne sera valide que si les informations demandées sont correctement complétées, en attachant le résumé d’un minimum de 400 à un maximum de 800 caractères (espaces compris), le curriculum vitae détaillé, autocertification de résidence, copie du document d'identité et indication du titulaire de la facture (entreprise ou particulier) à joindre à la demande. Le formulaire sera envoyé simultanément au coordinateur de la session dans laquelle on désire présenter l’intervention, ainsi qu’au secrétariat du Congrès. Le coordinateur a le droit de demander des documents supplémentaires s’il les pense nécessaires.

L’inscription au Congrès n’est pas automatique, elle est subordonnée à l’acceptation du coordinateur.

Du 1° au 7 février  2023 les coordinateurs doivent communiquer l’acceptation ou le refus aux personnes ayant envoyé une proposition de travail.

L’intervenant devra procéder au paiement des frais d’inscription dans un délai de 7 jours à partir de l’acceptation pour ne pas être exclus du programme. Dès que le paiement de la somme de votre inscription aura été accepté, nous vous prions de communiquer au secrétariat du Congrès (convegno@amerindiano.org) les coordonnées du virement et d’indiquer enfin, en pièce jointe à votre demande, le titulaire de la facture (organisme ou privé).

En cas d’impossibilité de participer aux travaux du Congrès, 50% des frais d’inscription seront remboursés à ceux qui en auront informé le Secrétariat du Congrès avant le 1° mars 2023. Après cette date les frais ne seront plus remboursés.

L’ébauche du programme sera envoyée aux participants avant le 15 mars 2023.

Les frais d’inscription au Congrès pour les intervenants sont de 150.00 EUR.

S’il s’agit d’un travail présenté par deux ou plusieurs auteurs, seul le premier doit payer l’intégralité de la cotisation.

Les autres auteurs peuvent choisir entre deux modalités d’inscription:

– coauteur qui participe personnellement aux travaux du Congrès et aux événements sociaux. Il doit payer une cotisation de 90.00 EUR.

– coauteur qui ne participe pas personnellement au Congrès. Il doit payer une cotisation de 45.00 EUR.

Dans les deux cas les coauteurs doivent remplir le formulaire d’inscription.

Pour les intervenants membres 2022 et 2023 du Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano” Onlus – en règle avec les cotisations – les frais d’inscription en tant qu’intervenant sont réduits de 50%.

Les chercheurs, associés au Centre d’études américaines « Circolo Amerindiano » onlus, peuvent proposer des travaux de leurs élèves.

Si le coordinateur de la session au cours de laquelle  le travail est présenté accepte la proposition, l’élève pourra s’inscrire à la conférence en ne payant que 50% des frais d’inscription.

Les participants au Secrétariat Organisateur sont exemptés du paiement des frais en tant qu’intervenant. Pour participer au Secrétariat de l’Organisation, il est necessaire d’en faire demande à la Coordination de la Conférence (convegno@amerindiano.org) et assurer la participation pendant toute la durée de la  Conférence. L’acceptation de la demande sera subordonnée à l’accord de la coordination du Secrétariat Organisateur.

Les frais d’inscription pour les non intervenants sont de 20.00 EUR et donnent le droit de recevoir l’attestation de présence.

L’inscription au Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano”  pour l’année 2022 et 2023 est de 70.00 EUR pour chaque année.

Les frais d’inscription devront être versés, par virement, sur le compte bancaire au nom de Centro Studi Americanistici Circolo Amerindiano, UniCredit, Agence Perugia via Mario Angeloni:

Coordinate bancarie:

IBAN IT 42 A 02008 03033 000029489801

Codice BIC / SWIFT: UNCRITM1J03

Addresse de la banque: Via Mario Angeloni 76 – 06124 Perugia

ATTENTION: en cas de paiement par la banque, éventuels frais supplémentaire doivent être  intégré au moment de l’inscription à l’arrivée au siège de la Conférence.

Pour les personnes qui ne sont pas en Italie, et seulement pour celles-ci, il est également possible d’effectuer le paiement via Paypal.

Il est obligatoire d'indiquer comme sujet de paiement le nom et le prénom de l'orateur qui participe au XLIV Congrès, en particulier si le paiement est effectué par d'autres personnes.

 

PARTICIPATION AUX ACTIVITÉS DE SéMINAIRE

Pour avoir des informations sur la participation aux Journées de littérature hispano-américaine (Salerne,  mai 2023) nous vous invitons à contacter

  • Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano di Salerno” (circoloamerindianosa@tiscali.it)
  • Carlo Mearilli (carlo.mearilli@libero.it)”
  • Rosa Maria Grillo (grillovov@gmail.com).

Pour des renseignements sur le Séminaire de Padoue, la Table ronde de Rome, la Journée d’ethnomusicologie de Còrdoba et les Jornadas d’Americanistique de Ville de Mexico, nous vous prions de vous adresser au secrétariat du Congrès (convegno@amerindiano.org).

 

PUBLICATION

Ceux qui ont présenté leur travail pendant le Congrès peuvent présenter le même en papier pour être publiés après l’approbation du coordinateur de la session et de deux referees externes dans la revue Thule, rivista italiana di studi americanistici.

Les travaux devront être rédigés d’après les normes typographiques de Thule que sera envoyée via e-mail à tous les intervenants par le Comité de Rédaction que devront être envoyés aux coordinateurs au plus tard du 30 Juin 2023.

Les travaux qui ne respecteront pas les normes citées seront exclus de la publication.

Pour rappel, la revue Thule prévoit la double relecture aveugle.

Le titre de l’article doit être le même que celui publié dans le programme et dans la même langue.

Lors de la présentation du texte écrit, de petites modifications peuvent être apportées au résumé présenté, mais elles ne doivent pas changer le fond du travail présenté et doivent être autorisées par le coordinateur.

Sous peine d’exclusion, le travail doit demeurer complètement inédit jusqu’à la publication en Thule. Ensuite il ne pourra être publié ailleurs qu’en citant le volume des Thule qui le contient.

Les travaux qui ne respecteront pas les normes citées seront exclus de la publication.

Le volume de Thule sera disponible pour la lecture online dans un secteur du site www.amerindiano.org.

De plus, la copie sera disponible pour l’achat publique en format e-book et papier.

 

PROGRAMME

Le programme final du Congrès sera publié sur le site Web http://www.amerindiano.org avec le calendrier des travaux d’ici le 1er avril 2023.

 

POUR DE PLUS AMPLES INFORMATIONS:

Centro Studi Americanistici “Circolo Amerindiano” Onlus

Via Guardabassi n. 10 – 06123 Pérouse, Italie

Tél./fax (+ 39) 075 5720716

http://www.amerindiano.org

e-mail: convegno@amerindiano.org

1) DISCOURS DE LA MÉTHODE

ROMOLO SANTONI (CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO”) romololmeca@hotmail.com

Le titre veut évidemment rendre hommage au grand René Descartes, en soulignant l’importante dette intellectuelle que la science occidentale a envers lui.

Les études d’américanisme se sont toujours caractérisées, non seulement par le caractère de possibilité de l’interdisciplinarité de leur matière, mais surtout par la nécessité du regard multi et interdisciplinaire. Cet aspect, s’il permet d’un côté aux recherches qui se développent dans ce domaine de s’ouvrir à plusieurs enrichissements, pose, d’un autre côté, d’importants problèmes de traitement des données.

Dans des contextes où la multidisciplinarité devient essentielle et où le soin de la méthode se démêle en plusieurs perspectives, ces croisements sont porteurs non seulement de rencontres, échanges et débats fructueux, mais parfois aussi de dangereux équilibrismes théoriques (dans certains cas avec de lourdes répercussions sur le plan pratique).

Par exemple, un débat intense divise différents axes de recherche qui trouvent leur limite, entre eux-mêmes et entre leurs rayons d’actions respectifs, proprement dans la méthode appliquée.

L’étude de la méthode, aspect caractéristique de la philosophie occidentale à partir de Descartes et par la suite, se révèle dans l’activité de l’américanisme, plus qu’ailleurs, incontournable. Il semble alors nécessaire de proposer un moment de réflexion, à priori de la recherche, qui en surligne les perspectives et les limites méthodologiques.

 

2) AMAZONIE INDIGÈNE

PARIDE BOLLETTIN (DEPARTMENT OF ANTHROPOLOGY, FACULTY OF SCIENCE, MASARYK UNIVERSITY AND METRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO”) paride_bollettin@msn.com, EDMUNDO ANTONIO PEGGION (UNIVERSIDADE ESTADUAL PAULISTA “JÚLIO DE MESQUITA FILHO”, BRASIL) edmundopeggion@gmail.com

L’Amazonie englobe à l’intérieur de ses limites une multiplicité de sociétés, lesquelles présentent une variété d’explications cosmologiques, d’organisations sociales et de modes de gestion de la vie matérielle. Tout cela donne à cette région une position privilégiée pour tous ceux qui s’intéressent à la complexité des constructions sociales, symboliques ou d’autres types mises en pratique quotidiennement dans les différentes sociétés humaines. Les centaines de groupes originaires sont confrontés aux sociétés des états nationaux dans lesquels leurs territoires sont situés. Ainsi, des situations de rencontres culturelles et de stratégies de réponses variées surgissent. A côté des populations qui résistent depuis cinq siècles à l’impact avec le monde de l’altérité non indigène, on en trouve d’autres qui, depuis quelques années, font face à ce choc déstabilisant: celles que l’on appelle les “communautés ressurgies” qui redécouvrent et revendiquent leur culture, ou celles que l’on définit en “isolement volontaire” qui continuent à refuser le contact avec les non indigènes. Face à la complexité de ces situations, cette session voudrait présenter des travaux qui se développent à partir des expériences de terrain qui permettent d’illustrer la situation actuelle de ces peuples.

 

3) DROITS INDIGÈNES: UNE DISCUSSION TRANSNATIONALE

MARIA LUISA DE FILIPPO, LADY SAAVEDRA, ELSA LÓPEZ convegno@amerindiano.org

Le but de cette session est de présenter une discussion interdisciplinaire sur le thème des droits indigènes. Approuvée en 2007, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples Indigènes, a comme objectif principal le respect de l’autodétermination. L’engagement et le défi face à une telle proclamation consiste en son application ajoutée à d’autres mesures ayant le même but, dans les contextes nationaux de l’Amérique Latine. De quelles façons les états-nations négocient ces mesures approuvées et signées par la majeure partie des pays latino-américains? De quelles façons les organisations indigènes revendiquent leurs propres droits et le respect des diversités culturelles au sein des différentes constitutions nationales? Quels sont les principaux conflits? Les questions comme l’autodétermination, la diversité et l’identité culturelle sont les thèmes principaux que nous présenterons dans la session.

 

4) SIGNES, SYMBOLES ET DYNAMIQUES DE CONSTRUCTION DU TERRITOIRE INDIGÈNE

PIERO GORZA (CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO” – INSTITUTO DE ESTUDIOS INDÍGENAS, SAN CRISTÓBAL DE LAS CASAS, CHIAPAS, MÉXICO) piero.gorza1@gmail.com

Le thème principal de cette session est le territoire comme un lieu où la mémoire se dépose et dans lequel les hommes pratiquent des incisions comme pour exercer leur pouvoir contre le caractère éphémère du temps humain. La réalisation des cartes est par définition un espace ouvert et interdisciplinaire: des cartes historiques, des cartes politiques, des cartes culturelles, des cartes symboliques, des cartes mentales et linguistiques. Fonder, entretenir des relations à partir d’un centre, instituer, territorialiser, nommer, s’orienter et se rappeler, ou encore, abandonner, quitter, passer, se perdre, grandir, apprendre, voilà autant de catégories qui ouvrent la voie à la réflexion sur les processus cognitifs et existentiels des individus et des collectivités. Il s’agit ici d’une session qui se situe au croisement entre les centres et les frontières.

 

5) MIGRATIONS, RELATIONS, NOMADISMES ENTRE L’EUROPE ET LES AMÉRIQUES

THEA ROSSI (CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO” – UNIVERSITÀ DEGLI STUDI “G. D’ANNUNZIO” CHIETI-PESCARA, ITALIA) thearossi@yahoo.it

La session se propose de réfléchir sur les mouvements et les flux d’idées, d’objets et de capital humain qui ont caractérisé l’histoire des relations transatlantiques entre l’Europe et les Amériques.

Nous voulons privilégier trois focalisations, par le biais d’une perspective dont la finalité est de promouvoir le dialogue pluridisciplinaire.

Tout d’abord les dynamiques et les processus, réels et symboliques, qui ont caractérisé le phénomène migratoire vers le Continent américain du siècle dernier, surtout à cheval entre les deux conflits mondiaux, et, en même temps, leur mouvement de retour respectif, concernant en particulier les trente dernières années, et causé par des facteurs de conjoncture sociopolitiques et économiques.

Puis, les relations qui enlacent les deux contextes, en créant un patrimoine matériel et immatériel commun. Outre les biens et les artefacts, nous prendrons en compte de manière particulière la création d’un imaginaire partagé.

Enfin, la réflexion s’étendra aux nomadismes de l’époque de la mondialisation: le flux constant de ressources humaines, la négociation et le contact entre cultures, ainsi que les possibles nouvelles formes d’intégrations destinées à conjuguer le local et le global.

 

6) ETHNOMUSICOLOGIE: SURVIE, CONTINUITÉ ET NOUVELLES CONTRIBUTIONS DE LA MUSIQUE ET DES DANSES TRADITIONNELLES EN AMÉRIQUE

MARÍA LINA PICCONI (CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO”) lina_455@yahoo.com

C’est une tâche de l’ethnomusicologie de répondre à une série de questions que l’humanité s’est posée au cours de l’histoire: qui-est-ce qui crée la musique? Comment se crée-t-elle? Pour qui? Pour quoi? Dans quel but? En considérant comme remarquable le manque d’informations sur le monde des musiques traditionnelles, dont les caractéristiques vont de la variété à la subtilité des expressions musicales, je propose l’ouverture de cette session. En Amérique il existe encore des expressions musicales ou chorales dont les racines pourraient se prolonger jusqu’à l’époque précolombienne et pourraient provenir d’un art ancien dont la signification aurait été oubliée. L’arrivé de la globalisation a contribué à la naissance de plusieurs de ces expressions musicales principalement urbaines qui tendent, comme dans d’autres parties du monde, à uniformiser les particularismes locaux. Pour cette raison, aujourd’hui il nous est indispensable d’enregistrer et d’enquêter sur ces expressions, afin de ne pas en perdre la mémoire au vu du développement du mondeglobalisé.

 

7) IMAGINAIRE ET MÉMOIRE: ÉTUDES CULTURELLES

PIERO GORZA (INSTITUTO DE ESTUDIOS INDIGENAS, SAN CRISTOBAL DE LAS CASAS CHIAPAS MX – CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO”) piero.gorza1@gmail.com

Le caractère interdisciplinaire de cette session a comme objectif principal de présenter des études sur les diversités culturelles qui s’expriment sous toutes formes de représentations. On sait que c’est par les représentations sociales et individuelles qu’on peut localiser les formations, transformations et resémantisations identitaires, caractérisées par une polysémie, et par conséquent, polyphoniques. C’est pour cela que l’interdisciplinarité n’est pas un instrument de travail mais une théorie qui a pour finalité d’étudier les symboles clés des cultures, ainsi que la manière dont ils sont perçus, conçus et représentés. Nous envisageons tous les types de manifestations culturelles dans la mesure où nous croyons que les subjectivités culturelles sont représentées dans les formes littéraires, cinématographiques, artistiques et que les études des représentations culturelles ne sont pas le monopole des disciplines conçues pour cette finalité.

 

8) PROBLÈMES D’ANTHROPOLOGIE MÉDICALE DANS LE CONTINENT AMÉRICAIN

PAOLA MARIA SESIA (CENTRO DE INVESTIGACIONES Y ESTUDIOS SUPERIORES EN ANTROPOLOGÍA SOCIAL CIESAS UNIDAD PACÍFICO SUR) paolasesia@yahoo.com.mx

Réaliser une session dédiée à l’anthropologie médicale dans le contexte latino-américain signifie donner la parole aux multiples conceptions et pratiques concernant les concepts de santé et de maladie à travers une perspective historique qui tient compte du présent comme du passé. Les relations hégémoniques qui traversent la biomédecine et les nombreuses réponses de santé “locales et traditionnelles” constituent un exemple du domaine le plus important de cette discipline. En tenant compte des expériences et des élaborations théoriques des différentes traditions à partir de cette perspective, nous visons à construire un espace utile de dialogue et de confrontation pour la communauté américaniste engagée actuellement dans ce cadre d’études. Partant de l’expérience acquise par cette session pendant les éditions antérieures du Congrès International d’Américanisme, nous voulons favoriser l’espace du débat comme terrain de construction de réflexions communes qui pourront avoir une conséquence opérative à l’intérieur du tissu social des contextes étudiés.

 

9) POLITIQUES PUBLIQUES, INSTITUTIONS ET DÉMOCRATIE EN AMÉRIQUE LATINE

BEATRIZ CALVO PONTÓN (CENTRO DE INVESTIGACIONES Y ESTUDIOS SUPERIORES EN ANTROPOLOGÍA SOCIAL, MÉXICO) beatrizcalvo_mx@yahoo.com

Le modèle néolibéral dans les pays de l’Amérique Latine a provoqué la sortie de l’Etat des responsabilités sociales et des fonctions prioritaires, ainsi que la mise en place des reformes structurelles pour une gestion de la société selon les critères du libre marché. Nous observons certaines conséquences: la réduction, la privatisation et l’augmentation du coût des services publiques de l’éducation et de la santé, l’augmentation des inégalités et de la pauvreté et le renforcement des monopoles dans les secteurs clé de l’économie et des moyens de communication, qui interviennent de plus en plus dans les processus et l’organisation des politiques publiques. La redéfinition des politiques sociales a été orientée vers le domaine social par la focalisation sur les groupes d’extrême pauvreté, mais ont été en même temps réduites les ressources qui permettent de progresser vers l’universalisation des droits sociaux. D’autre part, des espaces, dans lesquels sont nées des institutions autonomes liées aux thèmes comme les droits humains, la transparence et la contraloría social, ont été ouverts. Dans la société civile le nombre d’organisations qui luttent pour la démocratisation des institutions et l’amélioration des services sociaux est augmenté. La conjonction de tels processus a changé de façon consistante le visage des sociétés de l’Amérique Latine.

 

10) ÉLECTIONS ET PARTIS EN AMÉRIQUE LATINE

RENÉ VALDIVIEZO SANDOVAL (Universidad Iberoamericana Puebla, México) valdiviezo.rene@gmail.com

Depuis la fin des dictatures, notre région vit des processus électoraux qui lui permettent de renouveler de façon regulière les autorités et les représentants populaires de manière généralement pacifique. Du point de vue libéral (et néolibéral), ces processus sont l’expression de l’existence de la vie démocratique dans les nations. D’un point de vue plus critique, les processus électoraux deviennent de plus en plus des rituels pour le maintien du pouvoir des courants politiques qui ne représentent pas la population et qui utilisent ces processus pour légitimer leur permanence au pouvoir, qu’ils obtiennent, parfois, par des mécanismes extra-légaux . Cette session vise à susciter un débat sur les élections en Amérique Latine, sur trois (ou quatre) niveaux, sur l’action politique-électorale (la compétence, les résultats, les conflits, les campagnes et les relations avec les autres aspects de la vie sociale), sur les acteurs politique-électoraux (partis, groupes sociaux et autorités) et sur la conformation des pouvoirs nationaux / régionaux / locaux, sur la base de processus électoraux. Bien que les études récentes soient préférées, les travaux historiques sont acceptés.

 

11) LES AUTRES VISAGES DU BOOM

ROSA MARIA GRILLO (UNIVERSITÀ DEGLI STUDI DI SALERNO – CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO” DI SALERNO) grillovov@gmail.com

Soixante ans après la publication de Rayuela (1963), l'œuvre qui a révolutionné le monde littéraire hispano-américain et pas seulement, éveillant l'attention globale sur ce monde et ouvrant la voie au boom, nous voulons retracer les aspects les plus méconnus de ces années : ceux des œuvres « mineures » des mêmes auteurs reconnus du boom, ceux des œuvres qui ne rentrent pas dans le canon du réalisme magique et du fantastique du Plateau de Rio, très erronément identifiés au boom, ou encore d'autres auteurs de cette période plus ou moins proches du boom, ou en contraste avec lui, etc.

 

12) LITTÉRATURE DES AMÉRIQUES : SESSION SANS THÈME

ROSA MARIA GRILLO (UNIVERSITÀ DEGLI STUDI DI SALERNO – CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO” DI SALERNO) grillovov@gmail.com

 

13) ARCHÉOLOGIE DES AMÉRIQUES: ENTRE LA CULTURE MATÉRIELLE ET LES REPRÉSENTATIONS SYMBOLIQUES

MARÍA TERESA MUÑOZ ESPINOSA (DIRECCIÓN DE ESTUDIOS ARQUEOLÓGICOS, INAH) munoz7576@yahoo.com

JOSÉ CARLOS CASTAÑEDA REYES (UNIVERSIDAD AUTÓNOMA METROPOLITANA-IZTAPALAPA, MÉXICO) mrwti@xanum.uam.mx

Les anciennes cultures et civilisations américaines, depuis leur arrivée sur le Continent jusqu’au moment du contact avec les Européens, ont pris ou ont produit dans leur environnement la base matérielle leur ayant permis de créer les grandes manifestations de la pensée, de l’art ou de la simple vie quotidienne des peuples qui ont habité sur le continent et qui se sont façonnés dans la riche histoire ancienne de l’Amérique, depuis le Détroit de Béring jusqu’à la Terre du Feu.

Cette session se propose comme lieu de rencontre entre différentes expériences de recherche archéologiques sur le continent américain, en se focalisant particulièrement sur l’aire de la Mésoamérique, l’aire Andine Centrale et l’Amazonie. Dans toute l’Amérique, les symboles associés à l’iconographie religieuse et artistique sont des caractéristiques que l’Archéologie récupère, compare et explique, pour comprendre et faire comprendre notre histoire ancienne.

Le dialogue académique établi a pour but de représenter un espace de rencontre où débattre sur les avancées des projets de recherche archéologique en cours dans les diverses aires américaines, ou sur les études et les interprétations nouvelles basées sur les sources plastiques ou sur les témoignages écrits, entre autres. Nous proposons d’établir un espace de rencontre périodique où présenter et analyser divers aspects – théoriques, méthodologiques, factuels – de l’archéologie de notre continent.

 

14) MÉTHODE, DESIGN ET PLASTICITÉ DANS L’ESPACE RELIGIEUX CONTEMPORAIN EN AMÉRIQUE LATINE: L'EXPRESSION SOCIALE MATÉRIALISÉE AUX XX-XXI SIÈCLES

MARÍA CRISTINA VALERDI NOCHEBUENA (BENEMÉRITA UNIVERSIDAD AUTÓNOMA DE PUEBLA, MÉXICO) crvalerd@gmail.com

L'expression sociale religieuse s'est manifestée dans le temple comme un espace matériel pour la célébration d'une congrégation de personnes réunies pour célébrer un rituel d'adoration et de doctrine, qui a subi des changements en raison de son importance culturelle et religieuse, et qui a exprimé des influences de renouvellement, et l'application de lignes directrices dénotées dans la manière de le construire et qui sont à l'origine d'expériences favorisant la diversité de la plasticité, des styles et des dispositions spatiales. Par conséquent, nous vous invitons à présenter des contributions qui montrent des espaces pour l'expérience de réunion et de construction, qui capturent des langages plastiques d'aspects visibles, artistiques et folkloriques, qui occupent la manifestation historique, artistique et sociale à travers l'étude des transformations que l'espace religieux a subi en Amérique latine aux XX-XXI siècles en maintenant une perspective inter et multidisciplinaire qui combine l'histoire, l'anthropologie, l'architecture, les arts plastiques et la théologie, offrant un espace de réflexion aux spécialistes internationaux dans l'étude de la méthode, du design et du plastique comme expression sociale matérialisée dans des espaces religieux.

 

15) FÊTES EN AMÉRIQUE LATINE: PRATIQUES, PATRIMOINE CULTUREL, MODÈLES DE GESTION DE L’ESPACE

DANIELA SALVUCCI (Libera Università di Bolzano, Italia) salvuccidana@gmail.com

TOBIAS BOOS (Libera Università di Bolzano, Italia) tobiboos@gmail.com

Cette session concerne le rôle des fêtes, à la fois dans l’articulation entre les différentes entités socio-culturelles (barrios, associations, municipalités, etc.) de la ville et ses environs, ainsi que dans la construction de l’identité (ethnique, syncrétique, métisse, régionale, nationale, etc.). Une attention particulière sera accordée aux pratiques (défilés, jeux, spectacles, etc.), aux modèles spéciaux (lieux auxquels de nouvelles significations sont données , lieux repris, où l’espace « public » devient « privé ») et temporaires de la fête. On prendra en considération les processus de patrimonialisation culturelle de la fête, en mettant l’accent sur le rôle des médias et du tourisme. Une première hypothèse pour lancer la discussion est que le patrimoine festif est un domaine de négociation sociale, culturelle et politique. Une autre hypothèse est que les fêtes permettent la construction d’identités nouvelles et inclusives, plurielles et hybridées par la fusion de différents modes de vie urbains et ruraux. On accueillera volontiers des études empiriques et théoriques pour développer des comparaisons interculturelles de systèmes de fête.

 

16) LA VIE AUTOCHTONE À TRAVERS LES DIFFÉRENTES SOURCES MEXICAINES: CODICES ET TEXTES

LUZ MARÍA MOHAR BETANCOURT (CENTRO DE INVESTIGACIONES Y ESTUDIOS SUPERIORES EN ANTROPOLOGÍA SOCIAL, MÉXICO) quecholli@gmail.com

Cette session a pour objectif de montrer les différents types de sources primaires, comme les codex et les manuscrits, qui apportent de nouvelles informations sur l’histoire du Mexique. Nous demandons que chaque intervenant présente des travaux de recherche nouveaux qui approfondissent la vie indigène ainsi que les changements et les éléments de continuité à partir de la conquête. Des thématiques telles que l’évangélisation, la propriété de la terre et l’identité seront nos objets d’intérêt. De la même façon, l’importance de l’étude de l’image et ses transformations sur les différents types de supports seront des thématiques centrales de la session. Nous serions intéressés de connaître les diverses méthodologies utilisées pour l’analyse de la documentation conservée dans les bibliothèques, les archives et les musées parmi les nombreux endroits de conservation existants au Mexique autant que dans différentes villes du monde.

 

17) ETUDES DE GENRE: TENDANCES ET DÉFIS THÉORIQUES ET MÉTHODOLOGIQUES DEVANT LA DIVERSITÉ SOCIO-CULTURELLE DE L’AMÉRIQUE

MARTHA ESTELA PÉREZ GARCÍA (UNIVERSIDAD AUTÓNOMA DE CIUDAD JUÁREZ, MÉXICO) meperez@uacj.mx

Les origines des études de genre sont liées au mouvement féministe. Cette relation ne constitue pas seulement une forme d’action socio-politique, mais elle cause aussi une activité scientifique et des nouveaux cadres analytiques. La recherche avec la prospective de genre remet en question les visions neutres et andro-centriques de l’observation du monde et, à partir de la catégorie de genre comme unité d’analyse, on peut expliquer les conditions d’inégalité, subordination, exclusion et discrimination dans lesquelles femmes et hommes vivent. Pour ce motif on prend en considération plusieurs éléments qui concernent les sujets : âge, origine ethnique, classe sociale, religion, localisation géographique, orientement sexuel, etc. Il est important d’analyser et discuter les tendances et les défis actuels des études de genre au fin de connaitre leur état actuel et les contributions que cette ligne thématique apporte en Amérique. Thèmes de vie quotidienne, marché du travail, santé, éducation, sexualité, participation politique et sociale, structure légal, milieu, violence domestique et sexuelle sont seulement certains des domaines qu’on étude du point de vue des différentes lignes disciplinaires : études culturels, anthropologiques, politiques, historiques, économiques, juridiques, de communication, psychologiques, d’éducation, religieux, etc.

 

18) LES SYSTÈMES COMPLEXES ET LA RECHERCHE SOCIALE

CRISTINA PIZZONIA (UNIVERSIDAD AUTÓNOMA METROPOLITANA. UNIDAD XOCHIMILCO) pizzonia@hotmail.com, ÁNGEL JOSÉ MARTÍNEZ SALINAS (UNIVERSIDAD AUTÓNOMA METROPOLITANA. UNIDAD XOCHIMILCO) anuamtz@gmail.com

Cette session vise à expliquer les dynamiques sociales à partir de la vision et de la formalisation de systèmes complexes, dans la mesure où ils permettent la création d'une théorie transdisciplinaire et intégrative des différentes connaissances; en utilisant des méthodes qui identifient les variables dans des espaces de configuration qui peuvent être modélisés. Ces modèles permettent, tout d'abord, de clarifier les interdépendances invisibles et de construire de nouvelles hypothèses de recherche à l'aide de méthodes empruntées à la mathématique et à la physique, à l'aide de techniques de calcul par ordinateur. Dans ce contexte, il est pertinent de discuter si, en formalisant la complexité, nous identifions des connaissances différentes de celles que nous obtiendrions avec des spécifications linéaires de cause à effet; considérant la possibilité de réfléchir sur la façon dont, dans les systèmes complexes du continent américain, nous pouvons trouver des articulations, jusqu'ici absentes, formalisant ainsi des pensées holistiques. Dans cette session, il est proposé aux participants de présenter des recherches basées sur les Sciences de la Complexité, enrichissant ce domaine de recherche de leurs expériences.

 

19) L'ÉTUDE MÉTHODIQUE DE L'ÉCRITURE INDIGÈNE TRADITIONNELLE, DES DÉCENNIES APRÈS SA CRÉATION

RITA FERNÁNDEZ DÍAZ (JOAQUÍN GALARZA A. C., MÉXICO), ritafernandez88@yahoo.com.mx, MIGUEL ÁNGEL RECILLAS (INSTITUTO DE INVESTIGACIONES ANTROPOLÓGICAS, UNAM; ESCUELA NACIONAL DE ANTROPOLOGÍA E HISTORIA, MÉXICO) mareg6@gmail.com

Cette session vise à présenter les résultats des recherches faites avec des documents picturaux autochtones traditionnels, communément appelés codes, dans lesquels il est nécessaire d'établir clairement la méthode et la méthodologie utilisées comme outil d'étude. Les manuscrits picturaux sont considerés des discours indigènes, étant donnée leur origine; populaires, pour leur processus de production et de réception; traditionnels, pour leur circulation et historiques, pour leurs thèmes, leur structure et fonction.

Les codes sont conçus comme écrits dont les processus de signification rendent compte de situations de communication caractéristiques du groupe socioculturel qui les a produites: l'analyse interdisciplinaire devient un impératif, qui cherche à travailler une bonne partie de sa structure, de sa fonction et de sa signification, sans pour autant épuiser la possibilités textuelles.

Nous contemplons la méthode galarzienne, créée par le scientifique Joaquín Galarza; et différentes contributions de linguistes qui ont soutenu la sémiotique greimasiana, et celle-ci fournit les éléments à la Sémiotique du Discours, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

 

20) LE PATRIMOINE MATERIEL ET IMMATERIEL DE LA CUISINES LATINO-AMERICAINES

LUIS ALBERTO VARGAS (INSTITUTO DE INVESTIGACIONES ANTROPOLÓGICAS, UNAM, MÉXICO) vargas.luisalberto@gmail.com

La session suivante se propose d’étudier les particularités locales ou bien régionales des ressources idéologiques et matérielles employées au fil des années en Amérique latine pour la création de ses propres traditions gastronomiques caractéristiques de chaque différente réalité locale.

Parmi les ressources idéologiques les plus connues, il existe le talent créatif en vue de générer les préparations culinaires, les systèmes de classification alimentaire, les représentations culturelles de l’alimentation, leur inclusion dans n’importe quelle cérémonie dont certaines sont ritualisées.

Alors que parmi les ressources matérielles on trouve des produits alimentaires de tout types, en plus des outils et des moyens visant à obtenir, emmagasiner, distribuer, préparer, servir et consommer les aliments: des herbes récoltées aux restaurants les plus élaborés.

L’objectif poursuivi est de perpétuer un dialogue pour connaître davantage et également sauvegarder nos traditions alimentaires dans un monde de plus en plus globalisé qui nous emporte sans cesse dans sa tendance à l’ homogénéisation générale.

 

21) NOUVELLES THÉÂTRAUX EN AMÉRIQUE LATINE: LE THÉÂTRE DANS LA CULTURE ET SES LIMINALITÉS

GUADALUPE ALVARADO DEL LA TORRE (UNIVERSIDAD AUTÓNOMA DE LA CIUDAD DE MÉXICO) guadalupe.alvarado.delatorre@uacm.edu.mx

Le but de cette exposition est celui d’examiner la théâtralité qui précède le théâtre telle que le processus de transformation capable de régler les différents points de vue et en tant que condition de l’homme dès l’origine du mythe, l’ensemble dans une perspective anthropologique du contexte américain : “ La théâtralité du théâtre comme système de domination et contrôle social lié à une expérience spécifique : la modernité” [Geirola, 2000].

Je signale à ce propos les nouvelles théâtralités qui conduisent à envisager le théâtre dans de nouvelles territorialités, ou notamment, comme des formes de déterritorialisation, modifiées selon les circonstances actuelles par rapport au corps et à l’espace, c’est-à-dire une transgression du quotidien de la part de l’acte créatif.

On présente le phénomène de liminalité recourant à la fusion/tension des domaines ontologiques du nouvel événement théâtral [Dubatti, 2011].

On étudie la liminalité du théâtre qui engage plusieurs langages et des phénomènes intersectoriels de l’art et des cultures latino-américaines, à partir de différentes disciplines capables de se transformer comme résistance et résilience.

 

22) L’AFFECTIVITÉ ET LA SUBJECTIVITÉ DANS LES SCIENCES SOCIALES, NOUVELLES PERSPECTIVES À L’ÉGARD DES ÉTUDES AMÉRICANISTES

DIANA TAMARA MARTÍNEZ RUÍZ tamara_martinez@enesmorelia.unam.mx

L’une des dimensions les plus intimes de l’ être humain est émotionnelle, cependant elle est aussi l’une des questions que les sciences sociales mettent généralement de côté.

L’étude des émotions et des affections dans leur dimension sociale est relativement nouveau, cela implique la prise en consideration des aspects sociaux et culturels des émotions, et donc l’analyse et l’investigation de la façon dont nous apprenons à ressentir et exprimer notre émotivité.

En suivant cette conception, il est possible d’associer la dimension émotionnelle au domaine de la subjectivité et accéder ainsi à une sphère de l’être mouvante et ambiguë. À partir de ce dernier terrain, on commence à reconnaître que le processus de la connaissance mêle une relation complémentaire et dialectique entre les deux dimensions qui ont été erronément dissociées et considérées soit comme objectives ou subjectives.

Et ainsi, dans cette session on cherche à enrichir le débat sur ces thématiques qui ont été marginalisées jusqu’à présent dans le cadre d’études américanistes en gros. En plus, on vise à élargir la vision des sciences sociales et humaines envers les affections notamment dans les questions les plus fondamentales d’ Amérique latine.

 

23) SESSION NO THÉMATIQUE

CENTRO STUDI AMERICANISTICI “CIRCOLO AMERINDIANO” convegno@amerindiano.org