Brésil

TITRE:

Les primats humains et non humains en amazonie

PAYS: Brésil

LOCALITE’: Zone autochtone de Trincheira-Bacajá; Fazenda Boa Vista

MISSION EN COURS:

Septembre – Décembre 2018

SYNTHESE/SOUS-TITRE:

La mission vise à enquêter sur les différentes formes de relations avec les primates non humains en Amazonie, en se concentrant sur la façon dont elles sont vécues par les autochtones et les primatologues. L’étude sera réalisée selon une approche interdisciplinaire et intégrée entre l’anthropologie et la primatologie.

Les résultats permettront de discuter des enjeux de la relation homme-animal, de l’ethnographie multi-espèces et de la conservation des primates.

DETAILS:

Le projet examine le thème de la relation homme / animal avec une référence particulière aux relations entre les primates humains et non humains en étudiant le débat controversé entre les connaissances « indigènes » et « scientifiques ».

Empiriquement, le projet se concentre sur deux études de cas: les primatologues du projet EthoCebus et les Mebengokré de la zone indigène de Trincheira-Bacajá.

Les deux groupes présentent des processus de socialisation spécifiques des primates, et en particulier des singes capucins (Cebus spp.).

Les primatologues impliqués dans ce projet de recherche international étudient l’apprentissage social, le développement de nouvelles compétences, l’utilisation d’outils et la connaissance abstraite de ces primates. L’image présentée dans des publications spécialisées est celle d’animaux immergés dans un environnement social, cognitif et relationnel similaire à celui de l’homme. De plus, ces primatologues cultivent des formes spécifiques de relations pratiques et cognitives avec les primates non humains impliqués, ce qui en fait des sujets-objets de leurs pratiques d’investigation.

La deuxième partie de la mission étudiera comment les Mebengokré, un groupe indigène de la famille linguistique Jé, créent de multiples formes de relations avec les Cebus spp. Ces primates sont présents dans leurs pratiques quotidiennes, partageant les espaces domestiques et la forêt, mais sont présents aussi dans les processus cognitifs, tels que les discours mythiques, les masques utilisés pour rituels de nomination, ou divers processus de production de connaissances sur la nature. Par conséquent, dans les deux cas, les primates non humains, et en particulier Cebus spp., occupent une position de premier plan dans la production d’expériences pragmatiques, symboliques et cognitives de la relation entre les humains et les animaux.

Dans ce sens, la mission ethnographique envisagée par le projet produira des données originales pour contribuer à ces débats contemporains, tant en anthropologie qu’en primatologie; développer un dialogue interdisciplinaire efficace, grâce à la participation de chercheurs dans les deux disciplines différentes; et enfin, il contribuera au développement de stratégies efficaces pour la conservation des primates non humains à partir du dialogue entre les connaissances indigènes et primatologiques, y compris les aspects culturels locaux et la reconnaissance de l’agence des mêmes primates non humains.